Caresse

Publié le par Philippe Macaud dit Philou

Caresse

   

 

 

Tu poses doucement tes yeux sur mon corps

je frémis d'ivresse sous le très lent feu du temps

une joie éparse se mêle à mon souffle carnivore

les caresses dévorent mes envies subrepticement

je m'avance vers ton jardin botanique

comme un damné qui attend une fin tragique

sous un ciel orageux chus d'un lointain été fantasmé

je franchis le mur de ton désir et me sens ressuscité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article